Vous avez été nombreux à interpeller les professionnels de la C.A.S. de Lyon sur les nouvelles offres tarifications des séjours adultes été 2020 et plus particulièrement, les séjours en réservation directe en haute saison.

La CCAS vient de nous communiquer les « Messages Clefs à Diffuser aux Agents », pour expliquer la nouvelle tarification des Vacances Adultes. Je ne vais pas les utiliser car en voilà un extrait révélateur : « Le tarif de référence/haute et basse saison : le tarif de référence sert de base de calcul à la participation bénéficiaire. Elle est identique sur tout le territoire pour un même type d’hébergement. Le tarif de référence varie cependant en fonction de la période car :

- En haute saison (1er juillet au 30 août), des prestations et des services sont proposés aux bénéficiaires tels que : garderie, activités culturelles ou de loisirs pour tous les publics, animation …

- En basse saison, les offres d’activités et de services sont essentiellement basées sur la découverte de la région. »

La participation article 25 : la participation financière à la charge du bénéficiaire est déterminée à partir de son coefficient social : cette participation varie de 5 % à 63 % du tarif de référence. Cette dernière s’applique donc aussi bien pour les séjours à tour de rôle, que pour ceux en réservation directe.

Le problème reste le fameux ou fumeux « TARIF DE REFERENCE » ! Nous savons qu’il est basé sur le coût en centre de vacances CCAS, mais personne ne connaît son mode de calcul… Depuis bientôt dix ans, des élus en demande le principe au CA de la CCAS, sans avoir de réponse et on comprend vite pourquoi… Ce que beaucoup savent, c’est qu’il est largement surévalué et très nettement au-dessus de tous les prix qui se pratiquent dans le tourisme social.

Ainsi, quand vous avez une subvention de 63 % sur un tarif de 100€, vous payez 37€. Mais si les lits achetés en grand nombre sur une convention par la CCAS ont été payés par elle 50€, vous pensez avoir été subventionné de 63 %, dans les faits vous n’avez été subventionné que de 13€. C’est ce que l’on appelle un leurre !

Pire encore, en période basse où les lits sont beaucoup moins chers, des délégations syndicales ont identifiées des cas pour lesquelles il est possible, qu’en pensant être subventionnés, des bénéficiaires ont financé la CCAS !

Ainsi, vous comprendrez mieux pourquoi en 2018 (derniers résultats officiels), avec une dotation de 306 millions d’€ et un budget de 447 millions d’€, la CCAS a consacré seulement 68 millions d’€ à la subvention d’activités sociales et l’achat de séjours adultes et jeunes.

En Mai, se tiendra la 17ème édition du festival des Energies à Soulac, le bracelet d’accès au festival est facturé à 70€ aux CMCAS, mais le groupe de pilotage national préconise que les CMCAS le propose à 35€ pour ses bénéficiaires et 70€ pour les extérieurs. Le conseil d’administration du 9 mars de la C.A.S. de Lyon a voté une participation de 70€ pour les bénéficiaires et de 140€, soit le double pour les extérieurs, qui représentent pratiquement la moitié des participants, puisque nous savons qu’au-delà des invités et des agents, il y a des festivaliers de plusieurs CE, comme la SNCF ou TOTAL.

En effet, il est inadmissible que des extérieurs soient subventionnés par la CCAS. Le coût total de Soulac avoisine les 5 millions d’€ pour un week-end, quand dans le même temps, seulement 68 millions d’€ sont consacrés aux vacances de 650 000 bénéficiaires. Je l’affirme, il y a quelque chose qui cloche dans nos activités sociales centralisées ! Les Directions collaborent aussi ouvertement à faire perdurer ce système. Elles accordent 7400 heures de détachements pour pouvoir construire et participer au festival pour un week-end. Alors qu’à la C.A.S. de Lyon, nous avons 8414 heures pour les correspondants de proximité, pour toute l’année 2020.

Cette année, le thème du festival est « Nous travaillons, nous produisons, nous décidons ! L’avenir est à nous », mais de quel avenir parle-t-on et pour qui ?

En 2000, le CA de la CCAS avait lancé une grande consultation pour que chaque agent qui travaillait et produisait, soit un véritable décideur des activités sociales, entre débats et questionnaire : 54 000 ouvrants droit s’étaient exprimés.

20 ans après, alors que 71 % d’agents souhaitaient que la CCAS puisse proposer des chèques vacances aux non affectés en vacances adultes en 2020, toujours rien !

Pas d’inquiétude, vous avez la chance d’être bénéficiaire de la C.A.S. de Lyon, grâce à une autre gestion, vous pouvez bénéficier de Chèques Vacances si vous n’êtes pas affectés.

Agnès GRANGER

Présidente du Conseil d’Administration de la C.A.S. de Lyon

Photo by Marc Schulte on Unsplash