A la CCAS, les années se suivent et les déficits se succèdent… Les résultats des comptes en 2017 affichaient un déficit 98 677 000 €, en 2018 ils étaient de 68 676 000 €. Nous sommes en droit de penser que si au Botswana « les dieux sont tombés sur la tête », c’est arrivé aussi à une partie de nos élus le 16 octobre 2019, lors du Conseil d’Administration de la CCAS à Montreuil.

En effet, dans le même C.A. étaient mises aux voix deux délibérations, l’une pour un prêt bancaire de 10 millions d’euros, afin de pouvoir assurer la trésorerie déficiente et l’autre, sur le renouvellement des dépenses du festival de SOULAC en 2020. Entre les dotations en : moyens bénévoles des employeurs, ressources de personnels et administratifs, matériels, et financement de la CCAS. En additionnant la contribution des festivaliers, le coût de ces 2 jours en Médoc est estimé à au moins 4 millions d’euros.

Il y a soi-disant 12000 participants, mais il faut enlever les jeunes de la région, ceux des Comités d’Entreprises comme Total ou la SNCF, les copains et copines, les cousins et cousines, les voisins et voisines qui ne sont pas bénéficiaires des activités sociales. Il ne reste ainsi qu’environ 8000 ouvrants et ayants droit, ce qui donne un coût par festivalier de 500 € pour un week-end payé par votre bien commun, puisque quand la CCAS fait un prêt, c’est vous qui indirectement, le remboursez ! Il ne s’agit plus de la répartition de la dotation Art.25 des employeurs. 

Alors que dans le même temps, notre C.A.S. dispose de 21€ par bénéficiaire, pour subventionner toutes nos activités sociales décentralisées pendant un an. Les associations sportives et culturelles pour lesquelles nous mettons à disposition nos installations, nous demandent la climatisation de la salle de danse, la réfection du sol du gymnase, du terrain de foot et pour certaines dans le même temps, des subventions en numéraire plus importantes. Nous souhaiterions aussi augmenter nos participations aux CESU, Chèques Vacances ou aux aides sur les abonnements aux activités sportives ou culturelles,  plus proches du domicile (hors associations déjà subventionnées par la C.A.S.).

Quand j’écris des déficits de 98 ou 68 millions d’euros, je me demande si tous les bénéficiaires se rendent bien compte de ce que représente un seul million d’euros ?

Avant de tourner la page de cette année 2019, je souhaite remercier vivement toutes celles   et ceux qui ont donné de leur temps et de leur énergie pour faire vivre nos activités, afin d’apporter toujours plus d’équité et de solidarité, à tous les bénéficiaires de notre C.A.S.

En 2020, la C.A.S. de Lyon souhaite mettre l’accent sur le développement durable, nous devons impérativement bousculer nos habitudes en limitant l’utilisation du papier. Un exemple, l’envoi des documents papier sera relégué au minimum indispensable. Aussi, pour celles et ceux qui ne l’ont pas encore fait, je vous invite à vous inscrire rapidement à nos Newsletters sur le nouveau site de la C.A.S., afin de suivre les informations indispensables à la vie de nos activités sociales locales, et d’y effectuer toutes vos demandes de Subventions pour tous, CESU ou ANCV.

L’écologie n’appartient à personne, elle est de la responsabilité de tous, alors essayons, chacun à notre niveau, de faire le nécessaire pour laisser à nos enfants, une planète dans le meilleur état possible.

Le conseil d’administration et les professionnels de la C.A.S. se joignent à moi pour vos souhaiter d’excellentes fêtes de fin d’année.

Agnès Granger

Présidente du Conceil d'Administration de la C.A.S. de Lyon