Nous espérons tous que 2021 sera plus agréable que ce que nous avons connu en 2020. Je forme le vœu pour que chacun puisse trouver des perspectives optimistes, personnelles et professionnelles.

Les activités sociales ne peuvent se construire que dans la solidarité, qui plus est dans un contexte sanitaire et sociétal qui a laissé de profondes empreintes, la frustration pour certains, des difficultés du quotidien pour d’autres, perte d’un proche ou d’un travail ; une période de surcroît, sans activités extérieures ou loisirs.

Une conjoncture difficile ne justifie pas une sanction supplémentaire ! Pour autant, le conseil d’administration de la C.A.S. de Lyon a dû faire face à la baisse conséquente de son budget annuel, liée à la répartition budgétaire votée par le Comité de Coordination des CMCAS. Passant de 21Ä par bénéficiaire en 2020 à 16Ä en 2021, nos activités sociales décentralisées sont fortement impactées et le budget est gravement amputé.

C’est en prenant en compte l’ensemble de ces paramètres que le conseil d’administration de la C.A.S. de Lyon a voté un budget à l’équilibre. Nous maintenons ainsi solidarité et équité, et donnons une première priorité à l’Action Sanitaire et Sociale, aux Seniors et Réseau Solidaire, pour apporter soutien, aide et réconfort aux familles esseulées, isolées ou en difficulté. Une deuxième priorité a été donnée à la commission Multi-Activités et aux Spécificités de la C.A.S. de Lyon. Car, malgré la baisse de budget auquel il doit faire face, le conseil d’administration estime qu’il reste important pour chacun de choisir ses activités sportives, culturelles et de loisirs, et de pouvoir profiter de la Subvention pour tous.

Depuis plusieurs années, la direction d’EDF a annoncé sa volonté de mettre en place un projet visant à dégager les ressources nécessaires pour assurer la maintenance de son parc nucléaire, pour développer le nucléaire et les capacités du renouvelable, et pour désendetter l’entreprise : HERCULE.

D’accord, le projet est important. D’accord, le projet est ambitieux.

Mais voilà, son montage financier opaque laisse malheureusement supposer que nous allons vers une désintégration d’EDF. Quand la direction de l’entreprise propose de démembrer toutes les entités qui, à ce jour, travaillent de concert pour nous fournir un prix de l’électricité parmi les plus bas d’Europe, quand la direction propose finalement de les rassembler en blocs de couleur « Bleu », « Vert », et soyons fou peut-être « Azur », nous sommes en droit de nous demander : Est-ce que Hercule ne serait pas tout simplement une étape transitoire menant à une inexistence du groupe EDF ?

Si la stratégie est limpide, le découpage reste flou et les frontières incertaines. Rien n’a encore été présenté de manière officielle dans des instances de gouvernance sociale de l’entreprise et aucun dossier écrit détaillé n’a été communiqué aux partenaires sociaux.

Tout nous laisse supposer que les blocs « Bleu » et « Vert » sont très apparentés à des blocs nettoyants, détergents et désodorisants, dont les produits actifs garantissent, à termes, une augmentation des prix de l’électricité, la remise en cause de la péréquation tarifaire, une mise en danger d’emplois, menacés par l’externalisation d’activités, et qu’ils vont rejeter aux égouts le statut des IEG. Ne restera alors sur l’entreprise qu’un parfum acre où les profits seront privatisés et les pertes nationalisées.

Et pourtant, dès qu’il est question de l’industrie nucléaire, du secteur hydraulique et d’Enedis, s’il y a bien deux mots qui ne devraient pas être dissouts par cette vague détergente, c’est « Service Publique ».

La C.A.S. de Lyon reste donc solidaire des combats que mènent les délégations syndicales contre le projet Hercule.

Ce n’est qu’ensemble que nous pouvons aller vers des jours meilleurs dans nos entreprises et avec nos activités sociales.

Thibault DERUDET
Secrétaire général